Les prunus étaient en fleurs vaporeuses roses dans les villes, les jonquilles fleurissaient les talus, les crocus pointent déjà leurs pétales sous les feuilles mortes du jardin. Et le signe absolu du retour du printemps, c'était dans un magasin de chaussures où je chassais la paire de ballerines de mes rêves quand j'ai réalisé que la moitié de la collection , c'était ... des sandales d'été ! Faut croire que personne ne connaît les giboulées de mars. Je me vois bien en sandales au milieu des flaques , des averses et des grêlons qui font tout le charme imprévisible du printemps normand .

Je m'égare ...

J'ai du coup réalisé qu'il fallait que je m'active pour être prête pour les beaux jours. Alors, j'ai dévalisé les rayons de Myrtille à Quimper alors que je n'ai pas fini ce que j'ai commencé pendant les vacances.

J'ai sur le feu, enfin, sur le coin de ma MAC le pantalon en tweed et dentelle commencé avant les vacances, mais bon, si je rentre dedans, cela ira vite à finir . Et la blouse en satin prune dont ma tite mère a gentiment cousu une grosse partie de l'encolure . Je vais finir chronologiquement, pour cause de matins encore frais .

On a acheté du tissu pour refaire tous les rideaux du séjour, mais tant qu'on n'a pas changé les tringles, j'ai du sursis ... Et ensuite, il faudra remplacer les vieux plaids faits en  Souleïado et en Olivades qui ne seront plus assortis.

J'ai ensuite acheté du coton noir et lurex pour me faire une jupe noire, à plis . La jupe noire, c'est comme la robe noire, cela va avec tout, c'est un classique à avoir dans sa garde robe. Là , pas de soucis, le patron est dans le dernier burda, avec des poches pour caser les clés et le portable . Le bonheur assuré .

Et ensuite, un grand moment de solitude va m'attendre avec une robe bleu marine, style Jackie K. à coudre dans un magnifique tissu plébiscité par mon cher et tendre . Il va falloir répondre à un cahier des charges hyper strict : avoir des manches pour avoir un peu chaud et qui permettent de lever les bras pour écrire tout en haut du tableau ! Et oui, parce que des robes droites à manches, j'en ai déjà mais je ne peux écarter le bras de mon corps que d'environ 60° , c'est hyper chic mais pas pratique !!! . Donc il va falloir trouver THE bon patron pour faire des moulinets ..., et j'en ai bien pour un bon mois à cogiter, le temps de finir tout le reste .

Et il va falloir aussi que je finisse l'écharpe à fleurs au crochet, c'est une histoire de 4 ou 5 fleurs encore , là aussi je tiens le bon bout . Et c'est maintenant que j'en aurais besoin. Commentaire de mon cousin, "mais y a plein de trous dans tes fleurs, comment veux tu avoir chaud ? "

Et il va falloir que telle Pénélope , je redétricote le tour de cou à torsades en baby alpaga from la droguerie trop court et trop large pour qu'il soit fini pour le 13. Là, cela urge .

Et j'ai promis à nénette de lui en faire un aussi,mais bon,je peux surseoir, en parfaite mère indigne.

Et j'ai acheté du coton pour me faire une tite veste à tricot, toute bleue,avec des trous trous et j'ai acheté du lin et du coton pour faire un pantalon et une liquette assortie .

Et STOP ! On rappelle à l'insouciante que les journées n'ont que 24 heures, qu'elle a un boulot, une famille , des rangements de printemps, un bureau à redécorer et qu'il faut qu'elle profite du printemps pour refleurir son jardin, qu'elle se remette au sport, histoire d'arriver à la plage un peu ferme, qu'elle bronze aussi dès qu'il y aura deux rayons de soleil et STOP STOP STOP .

Super woman n'existe pas !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Mais toute aide ou encouragement seront bienvenus.

Rassurez moi, vous êtes bien comme moi quand le printemps arrive ???